Virus et distributeurs de billets

Les virus ne touchent pas que les ordinateur personnels. En effet, un nouveau virus nommé GreenDispenser a été découvert. Il toucherait exclusivement le distributeurs de billets. il permettrait de vider le distributeur ou le mettre hors service. De plus le virus est capable de s’autodétruire le rendant ainsi difficile à détecter. Ce n’est pas le premier virus à s’attaquer au distributeurs de billets. Au paravant il y avait eu plusieurs autres virus tels que padpin (https://www.symantec.com/security_response/writeup.jsp?docid=2014-051213-0525-99&tabid=2) ou suceful (https://www.symantec.com/security_response/writeup.jsp?docid=2015-091402-5948-99)

http://pro.clubic.com/it-business/securite-et-donnees/actualite-780740-virus-decouvert-distributeurs-billets.html

https://www.proofpoint.com/us/threat-insight/post/Meet-GreenDispenser

Steam VR

Après s’être lancé sur le marché des machines avec les Steam Machine, Valve se lance, avec HTC, sur le marché de la réalité virtuelle. Actuellement sur le marché de la réalité virtuelle il y a déjà l’Oculus Rift et le Samsung Gear VR tous les deux développés par Oculus VR. Valve et HTC se sont associés pour créer le Steam VR (appelé aussi HTC Vive).

Actuellement le Steam VR est disponible uniquement pour les développeurs. La version destinée au grand publique est prévue pour le premier trimestre de 2016. Il en est de même pour l’ Oculus Rift et le Samsung Gear VR qui sortiront aussi au premier trimestre 2016.

http://www.clubic.com/mag/jeux-video/actualite-777616-steam-vr-casque-concu-htc-debut-2016.html

Securité & NFC

Pendant ces dernières années nous avons pu voir un nouveau moyen de paiement apparaitre : le paiement sans contact. Ce dernier utilise la technologie NFC permettant la carte bancaire de communiquer avec le terminal de paiement par ondes radio et sans avoir besoin de taper le code confidentiel.

Malheureusement ce système présente des failles de sécurités: pas de chiffrement et pas d’authentification entre la carte et le terminal. Les premières failles on été révélées en 2012. En 2015 ces problèmes de sécurité sont toujours présents. Récemment la société G Data a révélé qui’il était possibles de lire des cartes bancaires NFC à l’aide d’un lecteur NFC (environ 40 € sur amazon) et d’un logiciel libre.

2ème partie : http://pro.clubic.com/it-business/securite-et-donnees/actualite-769608-gdata-securite.html

Google maphack

En 2012 Google lançait (en France) l’outil Map Maker, un utilitaire permettant de modifier les cartes de Google Maps (http://maps.google.fr). Depuis, quelques contributeurs on contribué à leur manière :

android-apple

Dans les heures qui ont suivi publication, Google a supprimé cette image (https://www.google.fr/maps/@33.5145833,73.0592222,15z).

Quelques easter eggs (http://fr.wikipedia.org/wiki/Easter_egg) dans le même goût peuvent être trouvés sur Google Maps. La plupart d’entre eux sont supprimés rapidement par Google. Voici un petit florilèges de ce que l’on peut trouver sur Google Maps : http://www.clubic.com/diaporama/photo-map-maker-les-hacks-que-google-a-laisse-passer-80618/.

Loi de Moore : 50 ans

En 1965 Gordon Moore, un des trois fondateurs d’Intel, publie un article dans « Electronics magazine » ou il énonce une loi (http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_de_Moore) qui décrit l’augmentation de la complexité des semi conducteurs. En 1975, cette loi est étendue au microprocesseurs permettant de déterminer le nombre de transistors d’un microprocesseur. Jusqu’à aujourd’hui (50 ans plus tard) cette loi a été vérifiée.

Le premier processeur d’Intel, l’Intel 4004, comportait 2300 transistors. Un Intel Core i7 sorti en 2014 compte environ 2 600 000 000 de transistors et un Apple A8 (qui équipe les iPhone 6 et 6 plus) en compte 2 000 000 000. Pour plus d’information sur le nombre de transistors dans les processeurs : http://en.wikipedia.org/wiki/Transistor_count.

Pourquoi le Raspberry Pi 2 plante

Dans un article précédent (https://helloworldof101010.wordpress.com/2015/02/28/le-raspberry-pi-3-ans-apres/), je parlais du Raspberry pi 2 qui, lorsqu’il est pris en photo, tombe en panne. Le problème, l’effet photoélectrique, est causé par le rayonnement électromagnétique d’un flash au Xénon. Les Flash au Xénon sont utilisés sur la plupart des appareils photos. Cependant un flash LED, utilisés sur les téléphones portables, ne causera pas d’effet photoélectrique. Voici une vidéo qui explique cet effet photoélectrique et quel est le composant du Raspberry pi 2 qui est à l’origine de l’arrêt de l’ordinateur :  https://www.youtube.com/watch?v=2FWHLOqbnk4.